Saint-Petersbourg

Saint-Pétersbourg a été durant longtemps le siège du pouvoir des tsars russes. Ceux-ci y ont déployé le faste que leur permettait leur immense richesse dont on peut voir aujourd'hui de nombreux témoignages dans la ville. L'apparence majestueuse de Saint-Pétersbourg découle de la combinaison d'une grande variété de détails architecturaux : de longs boulevards rectilignes, des espaces majestueux, les parcs et les jardins, les grilles en métal forgées, les monuments et les sculptures décoratives. La Néva ainsi que les nombreux canaux et leurs quais habillés de granit ainsi que les ponts contribuent à donner à la ville une apparence unique qui frappe le visiteur.

Dans le cadre du tricentenaire de la fondation de Saint-Pétersbourg (2004), de nombreux bâtiments ont été restaurés. La ville possède aujourd'hui à côté des 250 musées près de 4000 monuments protégés. 15% des constructions de Saint-Péterbourg - soit au total 2400 immeubles - sont sous la protection de l'UNESCO en tant que témoignage de l'histoire de l'architecture mondiale. Dans ce domaine Saint-Pétersbourg n'est dépassé que par Venise. Mais la ville a des difficulités à faire face au coût d'entretien des monuments historiques. A côté du nombre, il faut restaurer en profondeur de nombreux immeubles qui ont été fortement dégradé durant la période soviétique et combattre la dégradation des façages engendrée par la pollution industrielle et la circulation automobile intense du centre-ville.

Les canaux et les ponts

canal dans le centre-ville
canal dans le centre-ville

Saint-Petersbourg s'étendait à l'origine sur plus d'une centaine d'îles créées par les les bras de la Néva, ses affluents et les canaux artificiels. Les principales sont l'île Petrograd sur la rive droite, occupée par des quartiers ouvriers et à laquelle s'adosse la forteresse Pierre et Paul et l'île Vassilievsk l'île la plus grande qui fait face au golfe et où se trouve les principaux locaux de l'université. Au nord de ces deux îles, l'île de la Croix héberge le stade Dynamo tandis que l'île Elaguine est un grand parc de loisirs. Les canaux qui formaient un damier dans l'île Vassilievsk à l'imitation d'Amsterdam ont été comblés. Les canaux les plus connus sont situés sur la rive gauche. Il s'agit de 3 canaux concentriques : la Fontanka le plus large situé à l'extérieur, les canaux Moïka et Griboïedov plus sinueux.

Pour passer d'une île à l'autre il existe aujourd'hui 342 ponts de dimension et de style architectural très varié (Pont égyptien, Pont de la banque avec ses griffons, pont aux lions, ...). Chaque nuit, lorsque la Néva est navigable (d'avril à novembre), les tabliers de 22 ponts situés sur la Néva et les principaux canaux sont levés pour laisser passer les navires qui entrent et sortent de la mer Baltique.

Principaux bâtiments

L'Amirauté
L'Amirauté
  • La forteresse Pierre et Paul occupe une position dominante sur la rive droite de la Néva en face du Palais d'Hiver au centre de la ville. Sur l'autre rive de la Néva, la pointe (strelka) de l'île Vassilievsky est occupée par le bâtiment de l'ancienne bourse (1805-1810) de style "renouveau grec" qui héberge aujourd'hui le musée de la marine russe. Un parc occupe l'extrémité de l'île dans lequel se trouvent deux grandes colonnes colorées décorées avec des proues de navires de guerre et des statues. Ce lieu est souvent utilisé pour des événements culturels dont le festival des Nuits Blanches.
  • L'Amirauté
  • Le Passage, une arcade commerciale
  • Le théâtre Mariinsky (anciennement appelé le Kirov)
  • La Gare de FinlandeLénine arriva d'immigration le 3 avril 1917 pour diriger la Révolution d'octobre.
  • La prison Kresty : l'immeuble Kresty (en forme de croix) est la plus grande prison d'Europe. L'administration veut le vendre pour une transformation en appartements (comme Boutyrskaïa à Moscou).
  • la Perspective Nevsky longue de 4,5 km est la principale avenue de Saint-Pétersbourg : elle courre du palais d'Hiver au monastère Alexandre Nevsky. C'est l'artère commerçante la plus animée de la ville et le centre de la vie culturelle et nocturne. On y trouve des galeries marchandes, des grands magasins (Gostiny Dvor) aux styles architecturaux variés (le magasin Elisseïv, la Maison du Livre de style Art Nouveau) ainsi que plusieurs églises et palais (dont le palais Stroganov de Rastrelli de style baroque).

Le Cavalier de bronze, statue équestre monumentale de Pierre Ier comandée par Catherine II de Russie au sculpteur français Falconet constitue un des symboles de la ville qui a inspiré un poème célèbre de Pouchkine.

Résidences impériales près de Saint-Pétersbourg

  • Peterhof
  • Tsarskoïe Selo (actuellement Ville de Pouchkine), où se trouve le célèbre Palais de Catherine
  • Pavlovsk
  • Oranienbaum

Edifices religieux

La Cathédrale Saint-Isaac
La Cathédrale Saint-Isaac
Le couvent Smolny
Le couvent Smolny

La ville compte de nombreux édifices religieux qui dans le centre historique sont de style baroque ou néoclassique (hormis la cathédrale Saint-Sauveur) et sont dépourvus de bulbes si caractéristiques des édifices traditionnels russes.

  • La cathédrale Pierre-et-Paul (1712-1732) située dans la forteresse éponyme noyau initial de la ville, est la première cathédrale en pierre de Saint-Pétersbourg. Sa flèche, qui culmine à 132 mètres et au bout de laquelle se tient un ange tenant une croix, est un des symboles de la ville. La plupart des tsars russes qui ont succédé à Pierre le Grand y sont enterrés.
  • La cathédrale Saint-Isaac (1748-1764), oeuvre des architectes Auguste de Montferrand et Vasssili Stassov domine la ville. C'est par sa dimension, la troisième église baroque d'Europe après la basilique Saint-Pierre de Rome ou plus exactement du Vatican et la cathédrale Saint-Paul de Londres. Haute de 101,5 mètres, elle est visible à des dizaines de kilomètres dans le delta plat du fleuve Neva.
  • La cathédrale Notre-Dame-de-Kazan (1801-1811) de André Voronikhine, inspirée de la basilique Saint-Pierre, est située sur la perspective Nevski et est dédiée à la victoire sur les armées de Napoléon.
  • La cathédrale Saint-Sauveur (1883 — 1907) est le seul édifice construit selon le style architectural traditionnel russe. Elle a été édifiée sur le lieu de l'assassinat d'Alexandre II.
  • L'église Saint-Nicolas-des-Marins (1753-1762) est un bel exemple de l'art baroque importé d'Europe par le Tsar Pierre Ier. Elle renferme dix icônes d'or offertes par Catherine II pour commémorer les 10 plus belles victoires navales russes.
  • Le couvent Smolny coloré de bleu et de blanc est un chef d'oeuvre baroque de l'architecte italien Bartolomeo Rastrelli qui resta inachevé. Saint-Pétersbourg compte d'autres édifices baroques remarquables comme l'église Saint Siméon et Anna (1731-1740), l'église Saint Sampson (1728-1740) et la cathédrale Saint-André (1764-1780).
  • On trouve de nombreuses églises néoclassiques, qui souvent dominent de vastes places telles que la cathédrale Saint Vladimir (1769 — 1789), l'église Notre-Dame de Vladimir (1761 — 1783), la cathédrale de la Transfiguration (1827 — 1829) et la cathédrale de la Trinité (1828 — 1835, endommagée par le feu en 2006) ces deux dernières de l'architecte Vladimir Stassov.
  • Le monastère Alexandre-Nevski a été construit pour abriter les restes du héros russe Alexandre Nevski. Il comprend 2 cathédrales et 5 églises de plus petite taille de styles variés. C'est aujourd'hui un des 3 principaux centres de formation religieux de Russie et c'est là que réside le patriarche de Saint-Pétersbourg. On trouve non loin le cimetière Tikhvine qui abrite les tombes des artites les plus célèbres de la ville (César Cui, Dostoïevski, Mikhaïl Glinka, Moussorgski, Rimski-Korsakov, Tchaïkovski)

Les parcs et les palais

Saint-Pétersbourg est un centre culturel de premier plan. Destination touristique visitée chaque année par quelques trois millions de touristes étrangers, Saint-Pétersbourg propose notamment plus de 70 musées, tels que le musée de l'Ermitage ou le Musée russe.

Le musée de l'Ermitage

Le palais d'Hiver qui abrite une partie du musée
Le palais d'Hiver qui abrite une partie du musée

Le musée de l’Ermitage qui expose 60 000 pièces dans près de 1 000 salles est un des plus grands musées du monde. Il occupe un ensemble monumental de six bâtiments construits le long de la Néva aux XVIIIe et XIXe siècle. En 1764 Catherine II de Russie commence à se constituer une collection privée de peintures en rachetant des milliers de tableaux dans toute l'Europe. Pour stocker ces tableaux elle fait construire le petite Ermitage puis le vieil Ermitage. Les tsars suivants ont poursuivi la politique d'agrandissement de la collection en la diversifiant à compter du début du 19e siècle. En 1852 une partie de la collection devient accessible au public.

Le musée présente, à côté de nombreuses pièces de l’Antiquité, une collection d’œuvres d’art européen de la période classique qui compte parmi les plus belles au monde avec celles du musée du Louvre et du musée du Prado. Parmi les œuvres exposées figurent des peintures de maîtres hollandais et français comme Rembrandt, Rubens, Matisse et Paul Gauguin. On y trouve également deux œuvres de Léonard de Vinci ainsi que 31 peintures de Pablo Picasso. Les bâtiments abritant le musée de l’Ermitage constituent un des principaux ensembles du centre de Saint-Pétersbourg, qui est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La littérature

Tombe de Dostoïevski à Saint-Péterbourg. Les premiers mots des frères Karamazov y sont gravés
Tombe de Dostoïevski à Saint-Péterbourg. Les premiers mots des frères Karamazov y sont gravés

Saint-Pétersbourg siège du pouvoir et centre intellectuel de la Russie durant 2 siècles a attiré les plus grands écrivains russes et a été une source d'inspiration majeure.

Le Cavalier d'airain de Pouchkine (1833) est la première oeuvre mondialement connue qui prend pour thème Saint-Péterbourg :

« Oui, je t’aime, cité, création de Pierre,
J’aime le morne aspect de ta vaste rivière,
J’aime tes dômes d’or où l’oiseau fait son nid,
Et tes grilles d’airain et tes quais de granit,
Mais ce qu’avant tout j’aime, ô cité d’espérance,
C’est de tes blanches nuits la douce transparence »

Le poème raconte l'histoire d'un employé, qui ayant perdu la raison à la suite d'une indondation de la Néva dont a été victime sa fiancée, maudit le tsar qui a créé la ville dans ce lieu inapproprié. La statue de Pierre se réveille et poursuit l'imprécateur. L'atmosphère fantastique de Saint-Pétersbourg, son irréalité, la folie de ses habitants sont des thèmes repris régulièrement dans plusieurs oeuvres : les derniers poèmes de Pouchkine, les Nouvelles de Pétersbourg de Gogol, les romans de Dostoïevski, les poèmes d'Alexandre Blok et de Ossip Mandelstam et dans le roman symboliste d'Andreï Biély. Gogol écrit en 1835 dans La Perspective Nevski : « Ici tout est mensonge, tout est rêve, tout est différent de ce qu'il paraît. »

Dostoïevski, qui a vécu une grande partie de sa vie d'adulte dans la ville, l'utilise comme toile de fond de plusieurs de ses oeuvres : Les Nuits Blanches, Les Pauvres Gens, Le Double, L'Idiot et Crime et Châtiment. Contrairement à Pouchkine, le récit se déroule dans les quartiers populaires où vivent ouvriers et employés.

Les principaux écrivains du 20ème siècle sont Vladimir Nabokov, Andreï Biély (auteur du roman symboliste Pétersbourg) et Ievgueni Zamiatine ainsi que la fraternité Sérapion. Anna Akhmatova est un a joué un rôle majeur dans la poésie russe et a incarné la résistance des intellectuels de la ville à la dictature stalinienne : son poème Réquiem est le récit des tragédies humaines durant la terreur stalinienne. Joseph Brodsky est un autre auteur pétersbourgeois important du 20 ème siècle, prix Nobel de littérature (19887) : bien que vivant aux Etats Unis, ses écrits anglais traitent de la société de Saint-Pétersbourg d'un point de vue très particulier créé par sa double position de natif et d'étranger.

De même que du temps des tsars Pouchkine et Dostoïevski avaient été poursuivis et condamnés par le pouvoir, après la Révolution d'Octobre de nombreux auteurs originaires ou vivant à Saint-Pétersbourg furent assassinés, contraints à changer de métier ou à émigrer.

Théatres et salles de musique

le théatre Mariinsky
le théatre Mariinsky

La ville possède plus de 40 théâtres et salles de musique. Le théâtre Mariinsky est une des salles d'opéra les plus connnues au monde. Il héberge la ballet Kirov. Le théâtre Alexandre (ou Alexandriski) a été créé par la tsarine Elisabeth I en 1756. La troupe de ce qui était le premier théâtre de Russie, était constituée à l'origine d'élèves de l'école des Cadets. Ce n'est qu'en 1832, que le théâtre s'installa dans le bâtiment prestigieux construit par l'architecte Carlo Rossi.

De nombreux compositeurs ont vécu et travaillé dans la ville : Mikhaïl Glinka, Modeste Moussorgski, Nikolaï Rimski-Korsakov, Piotr Ilitch Tchaïkovski, Igor Stravinski et Dmitri Chostakovitch. La Symphonie n° 7 de Chostakovitch a une importance particulière pour la ville : achevée à Léningrad durant le siège de 1941, elle devient à l'époque le symbole de la résistance et de la culture russe. La première représentation eu lieu à Moscou, mais la symphonie fut également jouée dans la ville le 8 aout 1942, alors que le siège se poursuivait, malgré les risques pris par les spectateurs et les musiciens. La représentation fut retransmise en direct par la radio dans tout le pays.

Le ballet [modifier]

Saint-Pétersbourg est un des lieux les plus importants pour le développement du ballet en grande partie grâce aux danseurs et chorégraphes qui y ont vécu et exercé leur talent : Serge de Diaghilev, Marius Petipa, Vaslav Nijinski, Mathilde Kschessinska, Anna Pavlova. La ville possède sans doute la plus célèbre école de ballet du monde l'école de ballet Vagavona, dont la fondation remonte à 1738.

Cinéma [modifier]

L’apparition de l’industrie du film coïncide avec la fin de la période de l'épanouissement culturel de la ville. Durant l’ère soviétique, pratiquement aucun film russe d’envergure internationale et aucune production étrangère ne furent tournés dans la ville. Depuis 1990, parmi les films produits à Saint-Pétersbourg, on trouve essentiellement des adaptations de classiques de la littérature russe : une douzaine de films sont transposés d'Anna Karenine (les premières versions du temps du muet sont une version russe et une version française qui datent de 1911, la première production occidentale tournée sur les lieux le fut en 1997) ainsi que quelques adaptations de L'Idiot le roman de Dostoïevski (la première mise en scène russe remonte à 1910).

Quelques films retracent l’histoire de la ville. En dehors d’un grand nombre d'oeuvre de propagande soviétique, il n’existe jusqu’à présent que peu d’œuvres : parmi celles-ci figurent le film Nous, les vivants (italien 1942) qui est une adaptation du livre de Ayn Rand : ce récit de la révolution d’Octobre se veut une critique du fascisme italien. L’histoire de la fille du dernier tsar, Anastasia, a été portée à l’écran à de nombreuses reprises. Les versions les plus connues sont celle de 1956 avec Ingrid Bergman et la comédie musicale de Don Bluth (1977 américain), ancien chef dessinateur de Walt Disney. Cette comédie musicale qui porte autant sur l’histoire de la ville que sur son opulence esthétique, déforme tellement son sujet que l’on a du mal à reconnaître Saint-Pétersbourg. Les seuls films sur Saint-Pétersbourg ayant eu une audience internationale sont L'Arche russe qui retrace l’histoire de la ville et qui a été tourné en un seul plan séquence à l’Ermitage ainsi que le film La chute (qui retrace l'histoire des derniers jours d'Hitler) dont une partie fut tournée à Saint-Pétersbourg car certaines parties du centre-ville historique présentent de grandes ressemblances avec Berlin.

La ville n’est que rarement le cadre de fictions qui ne soient pas des adaptations d’œuvres littéraires. Les fictions utilisent Saint-Pétersbourg pour l’arrière-plan impressionnant qu’elle fournit. Le film de James Bond Goldeneye (1995) montre une ville quasiment post-apocalyptique. Un autre film d’action Minuit à St Petersbourg (Britannique, 1996) tente de compenser son absence de contenu par de magnifiques scènes tournées au milieu des principaux monuments de Saint-Péterbourg. Le film Onéguine (1999 avec entre autres Liv Tyler) dont le scénario s’inspire du poème de Pouchkine, délaisse le déroulement de l'histoire au profit de vues sur les monuments de Saint-Pétersbourg. La Maison Russie, un thriller d’espionnage avec Sean Connery, Michelle Pfeiffer et Klaus Maria Brandauer donne de la ville une image romantique grâce à des prises de vue esthétisantes et une bande-son symphonique.

Musique [modifier]

Dans les années 1980, à la suite de la disparition de la censure durant la Pérestroïka, un courant rock très vivant s’est développé à Léningrad. De nombreux groupes de rock se sont formés sous l’égide du club de rock de Léningrad. Les courants artistiques ont pu s’épanouir librement dans la ville contrairement à Moscou où les libertés étaient plus surveillées. Ces groupes et leurs interprètes continuent aujourd’hui à exercer une influence sur la scène musicale russe. Ce sont notamment le groupe Piterski Rock (Rock de Pétersbourg), Aquarium de Boris Grebenchtchikov, Kino de Victor Zoi, Alissa de Constantin Kourïochine, Zoopark avec Michail « Mike » Naoumenko ou DDT de Iouri Schevtchouk (d’Oufa).

Cette musique s’inspire de la musique occidentale mais possède des tonalités typiques que peuvent percevoir une oreille russe. Les textes des morceaux sont proches des textes des compositeurs de l’Âge d’Argent, une période d’épanouissement culturelle du début des années 1920 à Moscou et Saint-Pétersbourg .

Le festival des nuits blanches

Au mois de juin (pendant deux-trois semaines) le soleil ne se couche quasiment pas : un festival international est organisé durant ces «nuits blanches » qui coïncident avec la fin de l'année scolaire. Des représentations musicales et théatrales exceptionnelles sont organisées mais également des spectacles plus populaires auquels assistent un grand nombre d'habitants : concert de musique de variétés, feu d'artifice, joute navale,...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×